Cette chance unique, jamais encore réalisée : “rendre une vallée” à leurs propriétaires d’origine, par les “peuples développés” qui ont toujours fait l’inverse.

 

Restitution de la vallée de Mendihuaca

Vallée de Mendihuaca

Les objectifs

  • Achat et restitution de 600 ha de terres ancestrales.
  • Préservation et reconstitution de 500 ha de forêt tropicale.
  • Installation de plusieurs villages et accompagnement dans la préservation de la culture Kogi.

L’état du projet

  • Important – Le prix des terres dans la Sierra Nevada de Santa Marta a connu une augmentation d’environ 65 % depuis 2010 !! Par conséquence nous sommes malheureusement dans l’obligation de baisser l’objectif d’achat de terre de 1000 ha à 600 ha, dans le cadre de ce projet.
  • Projet sur 3 ans
  • Démarrage – Avril 2012
  • Budget – 1 Million d’€, aujourd’hui financé à 75%

Besoins de financement

  • 1
  • 5
  • 0
  • h
  • a
 

A ce jour, nous avons besoin de 250 000 €, soit :

  • 150 ha de terres à restituer
  • 125 ha de forêt tropicale à préserver
  • Plusieurs familles Kogis à installer

Participer au projet

 
 

Vallée de Mendihuaca

Pourquoi un tel projet ?

Cette vallée, terre ancestrale des Indiens Kogis, contient une multitude de sites sacrés. Sa biodiversité remarquable comporte 35 % des espèces d’oiseaux nationaux et 7 % des “espèces vivantes” sur la planète. Sa position lui confère le rôle de château d’eau pour tous les habitants de la région. Malheureusement la déforestation atteint maintenant 72 % de sa surface.

Le rachat de cette vallée constitue l’opportunité de sécuriser l’avenir du peuple Kogi, en le protégeant notamment face au développement du tourisme, en lui redonnant accès aux sources d’eau et aux ressources naturelles et en permettant la reforestation et régénération naturelle des sols.

 
 
Installation de village Kogis

Suivre le projet Mendihuaca

  • Newsletter régulière
  • Rapport annuel dans la Lettre d’Information
  • Page Facebook

Recevoir les infos

 
 
Agence française de développement
Action Carbone

Projet co-financé par l’Agence Française de Développement et Good Planet/Action Carbone